AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesAnnexesS'enregistrerConnexion


 Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris
 ::  :: les fiches de présentation



Clarence d'Adhémar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2018
Messages : 5
Points : 30

Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris Empty
  Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris  ☨  Mar 4 Sep - 19:01
mortale
- Et ne nos inducas in tentationem
Sed libera nos a malo -








Clarence Aymar
Adhémar de Grignan

passeport

crédits :  DΛNDELION
célébrité : Adam Driver.

lieu de résidence : Venise, la ville qu’il a choisit pour devenir prêtre et où il a choisit de rester après son ordination car si une ville a bien besoin des Lumières de Dieu, il s’agit bien de Venise, belle, décadente et moribonde.
rang(s) voulu(s) : Membre de l’Eglise (curé), croyant et guérisseur.
occupation(s)/métier(s) : Il est le curé de l’église Santa Crosa, situé dans le quartier Castello, le "quartier des saints" à l’est de la ville. Un quartier touché de plein fouet par la peste, véritable fléau qui ravage l’Italie. Il prodigue aussi des soins et du réconfort aux malades.
statut financier :  S’il est né au sein d’une illustre famille de la noblesse française et qu’il n’a jamais connu le dénuement avant son arrivée en Italie, Clarence n’en demeure pas moins quelqu’un de modeste. Curé de sa paroisse, il préfère utiliser les deniers qu’il gagne pour aider ses ouailles, soigner les pauvres âmes accablées par la maladie ou encore pour se procurer ce dont il a besoin pour se faire. Clarence vit modestement et il s’en accommode parfaitement.
date de naissance : 11 août 1493, le jour de la Sainte Claire, après laquelle il a été nommé.
âge : Il a donc 29 étés, bientôt 30 s’il demeure épargné par l’épidémie qui fait rage.

prénom(s) : Clarence, le nom qu’il a reçu car il est celui de sa fête, celle en l’honneur de Sainte Claire d’Assise, et puis une envie, un espoir, celle de le voir honorer le rôle qui est le sien, auprès du Tout-Puissant. Aymar, le nom d’un de ses aïeuls, ancien évêque de Metz, un ecclésiastique comme lui.
nom(s) : Adhémar de Grignan, une illustre famille de la haute-noblesse française, connue depuis le XIe siècle. Le sang de puissants et valeureux hommes coule dans ses veines. Ils sont les seigneurs de Monteil dans le Dauphiné.
statut matrimonial : Célibataire, son existence toute entière est dévouée au Seigneur et à l’Eglise ainsi que sa naissance l’y a destinée..
orientation sexuelle : Clarence ne s’est jamais vraiment posé la question quant à ses goûts en matière de chair. Il a toujours su qu’il était destiné au sacerdoce et a donc tourné le dos à ce genre de plaisir. Cependant, depuis Luciano, depuis le péché qu’il a commis et auquel il ne peut s’empêcher de penser, il semblerait qu’il est des inclinaisons plus italiennes, peut-être même sodomites pour son plus grand malheur.
statut familial : Clarence est le cadet de deux garçons et d’une fille tout en étant l’aîné d’une paire de jumeaux des deux sexes. C’est d’ailleurs sa qualité de troisième garçon qui le destine dès sa naissance à la robe et au culte ainsi que cela se fait dans une famille d’aussi noble naissance que la sienne.  S’il était très proche de sa fratrie, ce n’était pas le cas avec ses parents qui ont toujours été distant ainsi que se doit d’être de bons parents. Son père est seigneur de Monteil tandis que sa mère est issue de la moyenne noblesse italienne. Toute sa famille demeure toujours en France, la plupart dans le Dauphiné, et ils ne se voient pas souvent.  
nationalité : Française, originaire du Dauphiné.
pays visité(s) : Clarence connaît la France, bien évidemment. Il a également voyagé en Angleterre, en Espagne, au sein du Saint Empire Germanique. Il connait également Rome et le Vatican et à déjà visité Florence. Il maîtrise d’ailleurs le français, l’italien et bien entendu le latin et le grec.

sait-il pour les vampyrs? : Il est bien entendu au courant de l’existence des vampyrs. Comment pourrait-il en être autrement avec la présence de Luciano qui le hante et le tourmente chaque jour. Jamais, le jeune homme n’aurait imaginé qu’une telle engeance impie parcourait la Création.
si oui, que pense-t-il d'eux? : Pas même dans ses pires cauchemars aurait-il pu penser que le Seigneur ai pu permettre l’existence d’une telle ignominie, cela ne peut être que l’œuvre du l’Etoile-du-Matin, du Porteur de Lumière. Les enfants terribles et magnifiques du Prince du Mensonge. Et jamais, il n’aurait pu croire qu’il deviendrait l’objet de l’obsession malsaine de l’une de ses créatures ? Qu’il cèderait à l’une d’elles, qu’il succomberait si complètement à la tentation ?
quelle est sa position face aux événements qui assiègent l'Italie? : Comme la plupart de ses concitoyens, Clarence est plus que confus face aux récents évènements. Confus, inquiet, la peur le tenaille. D’abord l’épidémie qui fait rage dans sa ville d’adoption, sa ville qui se vide, les habitants qui le peuvent fuyant tous laissant les autres à leur sort, y comprit les hommes d’église, ceux qui ont juré d’aimer et soigner leurs prochains. Et puis, toute cette histoire autour du Saint Père. Clarence n’est pas suffisamment haut placé au sein du Vatican pour que cela l’affecte réellement pour le moment mais cela ne l’empêche pas de s’en inquiéter. Il ne sait pas quelles seront les répercussions de cette étrange affaire mais au-dedans de lui-même, il sait, il se doute, que cela ne présage rien de bon. Il espère simplement que la Volonté du Seigneur sera respectée.  

récapitulatif du personnage :

Code:
<table><td><div style="background-image: url(https://i.imgur.com/2NNlt33.png);" class="ficheavatar"><div class="infosava"><center><span class="lienN">Clarence d’Adhémar</span><br></center>Il avance dans Venise moribonde, ombre vêtue du noir ecclésiastique de sa fonction, tentant désespérément d’aider, de soigner et de sauver les vénitiens qui sont restés, qui n’ont pas fui, par volonté ou parce qu’ils n’avaient pas le choix. A l’église de Santa Crosa, personne n’est jamais mis à l’écart, Clarence fait toujours tout pour aider, dans la mesure de ses moyens. Un destin bien modeste pour le fils d’un gentilhomme, d’un noble français mais un destin qu’il a choisit lui-même. De son plein gré. Car il n’y a en lui que la volonté d’aider son prochain et de l’aimer ainsi que le Seigneur lui-même l’a demandé. Un être rêveur et idéaliste qui n’a pas perdu ses illusions. Un homme naïf qui voit le bien en tout et qui s’est laissé sans le savoir berné par un membre de l’engeance du Malin. Qui aurait pu croire que ce simple curé deviendrait l’objet de l’obsession d’un vampyr qui ne ferait que le tenter et le tourmenter. Un être qui l’entraînerait vers le péché sans qu’il ne s’en aperçoive avant qu’il ne soit trop tard.  Il cherche à présent à faire pénitence, à se faire pardonner son péché, en se vêtant d’abord d’un silice. Mais malgré tout, la tentation et le doute se sont logés dans son esprit, dans son cœur et dans son âme.  
</div></td></table>





rétine sanglante
Ce que l’on remarque en premier chez Clarence, c’est sa haute taille. Du haut de ses six pieds et deux pouces, il domine largement la grande majorité de ses contemporains non seulement en France mais surtout en Italie. Sa longue robe de prêtre ajoute en majesté une silhouette déjà élégante et élancé, une allure de noble qu’il possède depuis sa naissance et qu’il lui est impossible d’effacer malgré les années passées loin du domaine familiale et de la Cour de France. Malgré cela, il n’y a rien d’arrogant en lui, l’orgueil n’étant pas un péché aillant prise sur lui. Il est également doté d’une chevelure de jais et d’un regard d’obsidienne trahissant les origines italiennes qu’il tient du giron maternel tandis qu’un nez fier se remarque au milieu d’un visage taillé à la serpe. Sa démarche est assurée et gracieuse, forgée par des années d’apprentissage de la danse et de l’art de l’épée ainsi qu’il convient à un gentilhomme même si ce dernier est destiné à la robe.
Clarence en impose et il pourrait facilement être intimidant si ce n’était pour un tempérament paisible, doux, un peu rêveur. Il a une tendance certaine à ne voir que le bon en chacun et à accorder facilement sa confiance et son amitié, ce qui n’est pas toujours à son avantage. Il aime aider les autres et s’y emploie chaque jour que Dieu fait, soignant les malades, réconfortant les désespérés, nourrissant les pauvres. Il ne refuse son aide à personne, ce qu’il considère comme son devoir en tant qu’homme d’Eglise. Dénué d’ambition, il préfère sa position de curé à celles plus prestigieuses de cardinal ou d’évêque au grand dam de sa famille qui le voyait plutôt occupant quelques illustres postes au Vatican, auprès du Saint Père, ou même en France, éminence grise de Sa Majesté François Ier.


intrigue

Clarence fait de son mieux pour rester fort et de continuer à prodiguer les soins et le réconfort qu’il peut à ceux qui en ont besoin. Il a peu, mais ce qu’il a, il l’utilise pour soigner, nourrir et accomplir le devoir qui est le sien. Il est de ceux qui n’hésitent pas à pénétrer dans les maisons infectées afin de prodiguer les derniers sacrements aux pauvres âmes qui dépérissent. Il est de ceux qui recueillent les enfants fait orphelins, s’en occupent et les confient à ses Sœurs, protégées derrière les murs de leur cloître. Il est de ceux qui ne rechignent pas à tenir une main mourante dans la sienne, pour accompagner un trépas, même si cette main est gantée. Il fait ce qu’il peut pour survivre et ne pas laisser mourir la magnifique Venise, délaissée de tous mais non oubliée de Dieu, pas encore. Sa ville n’est pas condamnée, elle ne le sera pas tant que des gens se battront pour la maintenir debout. Et s’il doit aller mendier au Palais Ducal pour se faire, il n’hésitera pas. Et ce, même si sont âme n’est plus immaculée, malgré le péché qu’il a commis, malgré la Tentation qui le guette. Et la Damnation qui se profile au loin.

les cendres de l'homme


Chronology




11 août 1493 ✞ Naissance de Clarence Aymar Adhémar de Grignan, quatrième enfant et troisième garçon de Lambert d’Adhémar, baron de Grignan, et de Preatoria à Monteil dans le Dauphiné. Il est baptisé le jour même, jour de la Sainte Claire.

1498 ✞ Clarence a 5 ans et fait montre d’un esprit vif et précoce. On le confie donc à un précepteur qui lui enseigne les lettres et l’initie à ses premiers livres.

1500 ✞ Sept ans, l’âge de raison. Bien que l’éducation de Clarence ait commencé deux ans auparavant, il est envoyé avec sa fratrie et sa mère à la Cour de France où il apprend tout ce qu’un gentilhomme se doit de savoir.

1505 ✞ Après les tumultes de la Guerre des Deux-Roses et l’alliance avec la France, Clarence est envoyé à la Cour d’Angleterre au sein de la toute nouvelle dynastie des Tudors. Il y apprend l’anglais et y côtoie Henri VII, Elizabeth d’York et leurs enfants. Il y reste deux ans.

1508 ✞  Clarence intègre l’Università degli studi di Roma « La Sapienza » afin de devenir l’ecclésiastique qu’il est destiné à devenir. Si sa famille a des ambitions près du Saint Siège ou auprès de Sa Majesté le Roi de France, il n’en ai rien pour Clarence qui se plait simplement à étudier et apprendre. Il suit les cours de Théologie, de Philosphie mais aussi de Médecine et de Droit que La Sapienza offre. Il a 15 ans.

1514 ✞ 21 ans, fin des études, sacerdose, affecté  à Florence en tant vicaire Son sacerdoce effectué, il a 21 ans lorsqu’il est affecté à l’église san Michele Visdomini de Florence en tant que vicaire. Il y reste 6 ans

1520 ✞ Après Florence, c’est la belle Venise qui l’accueille. Clarence y devient le prêtre de Santa Crosa. C’est à cette époque qu’il rencontre Luciano de Vezzano, un homme charmant qu’il considère rapidement comme un ami.

1521 ✞ Le fléau de la peste prend Venise de plein fouet et gagne très rapidement du terrain. Ceux qui le peuvent fuient, même les hommes d’église. Ce n’est pas le cas de Clarence qui préfère resté et porté secours à ceux qui en ont besoin, utilisant les connaissances médicales qu’il possède. Il tente de survivre, vaille que vaille.

25 décembre 1522 ✞ Le jour où il a été trahit. Le jour où le péché a été commis. Le début de la fin.


Forgive me Father for I have sinned



La soirée avait pourtant commencée sous les meilleurs auspices. Enfin, les meilleurs que l’on pouvait espérer par ses temps de misère et de maladie, Famine et Pestilence s’ébattant dans les rues, suivit de près par Guerre et Mort, même en cette nuit sacrée et bénie entre toute. Clarence avait effectué la messe de Minuit et préparé tout ce dont il aurait besoin pour la messe de l’Aurore qui aurait lieu dans plusieurs heures.  Il avait fait de son mieux pour offrir un peu de joie, d’espoir et de réconfort aux ouailles qui étaient venu le voir malgré tout et il en était plus qu’heureux. A présent, il avait du temps devant lui, un temps qu’il avait décidé de passé à prier avant de dormir un peu. Tout en se tenant toujours près à agir si quelqu’un avait besoin de lui.

Il s’était donc retiré dans le presbytère, son sanctuaire à lui. Il s’agissait d’un lieu qui ne payait pas de mine, comme le reste de l’église mais que Clarence avait aménagé pour qu’il soit chaleureux quoique modeste. C’était là qu’il se retirait de la face du monde, là où il reprenait des forces, là où il n’était que Clarence et non plus Père Clarence. Il avait retiré son chasuble sans se rendre compte qu’il n’était pas seul ainsi qu’il le pensait. Luciano s’était introduit dans la pièce, comme il le faisait depuis l’affectation de Clarence à Venise. Ce dernier ne savait pas vraiment ce qu’il avait fait pour qu’une personne comme Luciano s’intéresse à lui. Il savait qui il était, qui ne le savait pas à Venise, et il n’aurait jamais pensé s’en faire un ami. Et pourtant c’était bel et bien ce qui était arrivé. Et voila qu’il était là, une bouteille de vin à la main et souhaitant lui tenir compagnie en cette nuit si particulière. Clarence avait accepté avec joie, heureux de bousculer ce qu’il avait prévu pour passer du temps avec un ami, même si cet ami était parfois trop irrévérencieux pour lui.

La soirée s’écoula doucement, les deux hommes discutant de tout et de rien ensemble, permettant au jeune prêtre de se détendre un peu, d’oublier ses soucis et la Mort au dehors. Et pas un seul instant, il ne remarqua la lueur particulière qui éclairait le visage de Luciano accompagné d’un sourire qui se teintait de concupiscence et de cruauté. Il ne remarqua pas non plus que Luciano ne buvait pas vraiment. Et surtout, il ne remarqua pas l’effet beaucoup trop rapide que l’alcool avait sur lui, il ne se douta pas un seul instant, du liquide carmin qui avait y avait été mêlé. Ajouté subrepticement par l’autre homme, issue de ses propres veines.

Sans qu’il ne s’en aperçoive, il avait le souffle court, le sang échaudé comme s’il eut été prit d’une fièvre subite. Et un autre sentiment faisait peu à peu surface. Le désir. L’envie. La Luxure. Autant de choses qu’il n’avait jamais vraiment ressentit. Il avait passé presque 30 étés sur cette Terre mais était encore par bien des côtés, aussi innocent qu’il l’avait été à ses 10 ans. Il commença à tirer sur son col romain de sa robe, tentant en vain de calmer le feu dans ses veines. Luciano fut bientôt à ses côtés, lui parlant d’une voix qui se voulait rassurante, faussement inquiète, bien qu’il ne fût pas en état de s’en rendre compte.  

-Clarence ? Mon Père, que vous arrive-t-il ?

-Je … Je ne sais pas … C’est très étrange … Peut-être est-ce le vin ? …

Son trouble ne cessait d’augmenter et il se trouva bientôt incapable de tenir debout plus longtemps, prit d’une léthargie soudaine alors même que son sang bouillonnait, que sa vue s’aiguisait, que son ouïe devenait plus puissante au point qu’il pouvait entendre les battements affolés de son cœur. Et le silence dérangeant de celui de Luciano. Il sentit ses jambes se dérober sous lui, à cause du tumulte qui l’envahissait, et il se serait effondré si ce n’était pour les bras de Luciano soudain autour de lui.

-Ah, ah, ah Bambino … Tu ne vas pas me laisser tout de suite. On commence tout juste à s’amuser …

Avant de pousser le jeune homme sur la table où était posé ce dont il avait besoin pour la prochaine messe, faisant tout choir sur le sol. Etourdi, Clarence se laissa faire, sans comprendre ce qu’il se passait. Pourquoi Luciano avait -il changer d’attitude si soudainement ? Pourquoi le regardait-il ainsi ? Pourquoi ses mains s’employaient-elles à déboutonner et délacer son habit ?

-Qu’est-ce que … Que faites -vous ? Luciano … !

Avec des gestes gourds, le prêtre tenta de repousser Luciano et ses mains qui se faisaient plus précises. Mais rien n’y fit. L’autre homme attrapa ses mains, les ramenant au-dessus de sa tête et les lia là, grâce à son propre chapelet, qu’il s’était procuré il ne savait comment. Démuni, impuissant, Clarence ne pouvait qu’observer le visage de celui qu’il avait cru être son ami alors qu’il lui souriait férocement, découvrant complétement des canines qui semblaient soudain bien plus aiguisées maintenant qu’il les remarquait.

-Ce que je fais ? C’est simple, je prends ce que je désire. Il n’existe rien de plus jouissif que de salir le Divin. Surtout pour un être comme moi.

Sans un mot de plus, il tira sur le col de la robe de Clarence, la déchirant avec une facilité déconcertante, comme si elle n’eut été qu’en papier de riz, le dénudant jusqu’à la taille où était nouée sa ceinture. Le prêtre se débattit de plus belle mais ses mouvements étaient de plus en plus lents, tandis que ce qu’il avait bu (et qu’il identifierait plus tard comme du sang de vampyr) finissait d’ensorceler ses veines. Il continuait cependant de supplier et de prier, à peine cohérent, les larmes coulant sur ses joues. Il se doutait maintenant de ce qu’on allait lui faire. De ce que son ami allait faire.

-Luciano … s’il vous plait … s’il te plait, je t’en supplie … ne fais pas ça.

Il ne reçut pour toute réponse qu’une langue sur ses joues tandis qu’il s’abreuvait de ses larmes, s’enivrant de sa détresse. Luciano se saisit de ses cuisses, entre lesquelles il se glissa après avoir ouvert ses chausses, puis, d’un seul mouvement, il le pénétra jusqu’à la garde alors même qu’il plantait ses dents, ses … crocs, dans son cou immaculé. La bouche de Clarence s’ouvrit sur un hurlement silencieux alors qu’une douleur incommensurable le saisissait. Une douleur non seulement physique mais qui maculait également son âme. Il refusait de comprendre ce qui lui arrivait. Il refusait de comprendre la douleur indicible, la brûlure au plus profond de son être. Il refusait de comprendre qu’on lui volait sa pureté.

Mais ce n’était même pas ça le pire, loin de là.

Le pire était

le plaisir

qu’il ressentait.

Parce que derrière l’horreur, la douleur, la honte qui le saisissaient, il ressentait bel et bien le plaisir qui montait en lui, un plaisir qu’il n’avait jamais ressenti, pas même les rares fois où il s’était adonné à l’onanisme, son corps d’adolescent trop en émoi pour résister. Le plaisir montait et montait et il ne voulait pas, pas du tout mais comment pouvait-il y résister ? Les gémissements de douleurs se muèrent bientôt en autre chose et il sentit Luciano sourire alors qu’il continuait de meurtrir son corps de ses dents. Et il aurait voulu mourir maintenant, tant qu’il n’était pas encore damné mais non. Il aurait voulu sombrer dans l’inconscience mais il en était incapable.

Bientôt, le feu s’alluma dans son ventre puis dans ses reins avant d’envahir tout son corps, rendu encore plus réceptif après avoir ingérer l’élixir de vie de Luciano. Luciano qui avait ralenti ses assauts qui se firent plus précis jusqu’à toucher quelque chose en lui qui l’éblouit au point qu’il eut peur d’en devenir aveugle et sourd. Véritable maître de la luxure, l’Asmodée entre ses cuisses obscènement ouvertes ondulait en lui, ses gestes rendus plus fluides et gracieux grâce au sang et autres substances immondes entre eux.

Encore quelques assauts et Clarence connut la toute première des morts qu’il eut jamais connue. Le monde devint blanc puis noir et le gémissement qui lui échappa ne trahissait en rien une quelconque douleur. Il se rependit entre eux et il se laissa aller aux sanglots

- Non piagere angelo mio. Ho tanto cose a ti fare scoprire…


Il se retira aussi brutalement qu’il était entré, retourna Clarence, face contre la table enfouissant son visage dans sa chevelure tout en lui susurrant des mots aussi doux que lubriques, avant de relever son vêtement pour l’envahir de nouveau. Continuant sa besogne. Encore et encore. Emplissant le pauvre malheureux d’une douleur exquise, le poussant plus loin dans le péché, tuant peu à peu son âme et gangrenant ce qui restait.

Quand enfin, Luciano s’en alla, une heure ou deux avant la Messe de l’Aurore, Clarence resta dans sa position sur la table, hagard, le corps couvert de meurtrissures, de sang et d’autres choses impies. Dans un état second, le jeune homme ne put que prier. De toutes ses forces. Priant leur Mère à tous pour un peu de réconfort, pour une absolution qui ne viendrait certainement jamais.

Ave Maria, gratia plena,
Dominus tecum,
benedicta tu in mulieribus,
et benedictus fructus ventris tui Iesus.
Sancta Maria mater Dei,
ora pro nobis peccatoribus,
nunc, et in hora mortis nostræ.
Amen.



le joueur avant tout
comment avez-vous trouvé vampyr? : Grâce à Luciano  vos impressions : Un magnifique forum, bien écrit et délicieusement sombre ! Que demande le  peuple ? vous avez plus de dix-huit ans? : Oui, depuis quelques années déjà. êtes-vous actif ou un rp par semaine vous suffit? : Ca dépend des jours et des semaines. avez-vous des suggestions ou idées? : Rien pour l'instant, je débarque tout juste quels sont vos genres de forums préférés? : City, fantastique, science-fiction. quel est le dernier livre que vous avez lu? : La trilogie du Captive Prince, je la conseille à tout le monde d’ailleurs ! êtes-vous prêt à tout défoncer? : Of course ! BOUYAH ! *met Eye Of Tiger et fait des pompes*





Dernière édition par Clarence d'Adhémar le Mar 11 Sep - 22:46, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas


vittoria/ilarya

Vittoria Moretti
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 08/08/2018
Messages : 170
Points : 183

Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris Empty
  Re: Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris  ☨  Mar 4 Sep - 19:18
Quelle belle présentation déjà ! cute4
Bienvenue officiellement sur Vampyr. Tu as deux semaines pour terminer ta présentation et si jamais tu as des questions n'hésites pas, nous sommes là pour toi ange2 . Bonne rédaction et quel choix tout ça faint

_________________
les ombres esseulées
jadis, son sourire laissait sa trace.
Revenir en haut Aller en bas


orfeo

Orfeo Della Torre
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 14/08/2018
Messages : 28
Points : 120

Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris Empty
  Re: Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris  ☨  Mar 4 Sep - 19:28
Je viens de me liquéfier en voyant l'image de la fiche. wuut wuut
J'adore déjà le personnage qui se profile. cute3 cute3 Puis un ecclésiastique, ça envoie trop de pâté à cette époque. ange ange
Revenir en haut Aller en bas


giulia

Giulia Calzavere
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 60
Points : 201

Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris Empty
  Re: Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris  ☨  Mar 4 Sep - 21:22
Mais, mais... cette fournée d'incroyables bg sur le forum, je meurs faint En plus Adam en prêtre pécheur est perf', j'ai vraiment hâte de voir comment il va se dépatouiller avec ses démons hehe

Bienvenue parmi nous donc, et bon courage pour le reste de ta fiche ! love3

_________________
all ends
all flowers, all birds, all lives end here my love. there's nothing we can do, life breathes in and breathes out, a perpetual flow that drowns everything out

Revenir en haut Aller en bas


cináed

Cináed MacNeil
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/08/2018
Messages : 14
Points : 60
Age : 28

Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris Empty
  Re: Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris  ☨  Mar 4 Sep - 21:31
Bienvenue coeur
L'idée du prêtre pécheur est juste parfaite, ça donne envie de lire la suite et ta plume est sublime d'ailleurs coeur4 Adam est un superbe choix d'acteur également lèche2
Revenir en haut Aller en bas


virgilio

Virgilio Sforza
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/08/2018
Messages : 63
Points : 120

Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris Empty
  Re: Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris  ☨  Mer 5 Sep - 6:31
Ce début de fiche est exquis et promet un personnage grandiose. Je dois dire que je suis très curieuse d'en lire plus et de voir ce qu'il va advenir de lui. Bienvenue parmi nous, en espérant que l'âme de ce pauvre mortel survive aux sinistres rues de Venise. cute3

_________________

Nothing can unman you
like an un-man.

Revenir en haut Aller en bas



Clarence d'Adhémar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/09/2018
Messages : 5
Points : 30

Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris Empty
  Re: Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris  ☨  Mar 11 Sep - 19:18
Merci beaucoup pour votre accueil et merci pour tous ces compliments cute3 !

J'ai hâte de pouvoir enfin rp ici !

J'espère que la fiche est à la hauteur de vos attentes hide

PS : la scène avec Luciano a été écrite avec son approbation coeur
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris Empty
  Re: Clarence ✞ Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris  ☨  
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prière
» Graphismes



Sauter vers: